Close

2019-01-15

Comment peut-on s’auto-éditer ?4 min read

Beaucoup d’écrivains qui peinent à trouver une maison d’édition décident de s’auto-éditer. Mais en quoi cela consiste t-il ?

L’auto édition est avant tout une manière de revaloriser la liberté de création de tout auteur. En s’auto-éditant, l’auteur n’a plus à créer, rédiger dans un temps délimité et selon la charte éditoriale d’une maison d’édition.

Par ailleurs, en s’auto-éditant, l’auteur détient la totalité de ses droits d’auteur : un droit moral et des droits patrimoniaux.

Aussi, de nombreuses plateformes d’auto édition se développent sur Internet et proposent des services diversifiés en faveur des artistes qu’ils soient déjà connus ou pas encore connus par le grand public.

Cette prestation de service présente de nombreux avantages et séduit de plus en plus d’écrivains. Beaucoup d’auteurs anonymes ont connu le succès au moyen de l’auto-édition et ont pu, par la suite, être contactés par des maisons d’édition « traditionnelles ».

Et en pratique …

L’auteur décide d’éditer tout seul son livre et pour se faire, il prend en charge tous les frais liés aux étapes du processus d’édition (de l’écriture jusqu’à la distribution).

L’auto édition diffère de l’édition à compte d’auteur, en ce qu’avec l’auto-édition l’auteur s’occupe tout seul des étapes d’édition et de publication.

L’auteur conserve ses droits d’auteur et fixe lui-même le prix de vente. Aussi, il perçoit l’intégralité des recettes issues de la vente des livres ou un pourcentage des bénéfice s’il vend via une plateforme Internet.

Vous avez décidé de vous auto-publier, mais vous ne savez pas par où commencer.

Sachez que dans un premier, il est important de soigner la mise en page du livre et de procéder à toutes les corrections (style, orthographe, grammaire).

Plus votre livre sera soigné et confortable pour la lecture, et plus vous saurez captiver vos futurs lecteurs.

Misez également sur une belle couverture qui attire le regard. Pour concevoir une couverture originale, vous pouvez faire appel à un graphiste.

Il est essentiel de confier à un professionnel l’impression de votre livre. Notez que sur certaines plateformes d’auto édition, vous pouvez imprimer à la demande, au nombre d’exemplaires que vous désirez.

Il importe de préciser que chaque livre doit être déposé dès qu’il est diffusé au-delà du cercle familial. Il s’agit d’un dépôt légal BNF pour protéger les droits d’auteur de l’écrivain.

De même, chaque exemplaire d’une même œuvre soumise au dépôt légal doit comporter un numéro ISBN.

Comment faire la promotion de son livre ?

En s’auto-éditant, l’auteur accepte de prendre en charge les frais de publicité, de diffusion et de promotion. Ainsi, il doit financer les promotions à l’occasion des salons, séances de dédicaces en librairie et sur Internet.

L’auteur doit chercher tout seul ses lecteurs potentiels et contacter les salons de livres ou librairies.

Il peut également faire sa promotion sur les réseaux sociaux.

Notons que les frais d’expédition sont à prendre en compte dans le calcul du prix de vente du livre.

En choisissant l’auto-édition en ligne, les frais d’impression, de gestion et d’envoi sont inexistants. La procédure est dématérialisée et simplifiée en choisissant la version numérique.

Quel est le cadre juridique de l’auto-édition ?

Pour pouvoir s’auto-éditer, l’auteur doit disposer d’une structure juridique s’il souhaite se verser des droits d’auteur. Bien qu’il ne soit pas obligatoire de créer une société ou une association, l’administration fiscale considère qu’exercer avec une forme juridique offrira à l’auteur plus de garanties.

Choisir de créer une association présente l’avantage de n’être pas soumis à l’impôt sur les sociétés ni à la taxe professionnelle et à la TVA.

Toutefois, il faut bien définir quels seront la rémunération et avantages des dirigeants et vérifier l’état de concurrence vis-à-vis des tiers.

À défaut de pouvoir créer une association, l’auteur peut s’auto-éditer en créant une société (excepté la société en commandite).

Généralement, les auteurs choisissent de recourir à la SARL ou EURL s’il n’existe qu’un seul associé.

Les sociétés commerciales sont soumises à la TVA, à l’impôt sur les sociétés et à diverses taxes. De cette façon, l’écrivain peut se verser des droits d’auteur.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quinze − quatorze =